Marathon de la Rochelle

8000 coureurs participaient hier matin au marathon de la Rochelle, dont 3(?) athlètes du club.

1er Edwin SOY 02:09:15
271e Pierre BOUSSION 02:57:43
417e Matthieu BUFFET 03:03:14
1239e Nicolas AUDRAIN 03:26:40
Bravo à tous

Pierre nous fait un long CR.

« Arrivé au TCN en Octobre, je me prête pour la première fois à l’exercice du compte rendu de course. 

Après une belle première année de triathlon j’avais décidé de m’inscrire au marathon de La Rochelle pour conclure la saison 2021. Pour mon premier marathon l’objectif était d’abord de venir à bout de cette distance mythique, et ensuite si les jambes sont là de passer sous la fameuse barre des 3 heures. 

Après une prépa plutôt sérieuse de 10 semaines, une tartiflette la veille, et un échauffement de 15 minutes dans le vent glacial, me voilà finalement sur la ligne de départ du marathon. Je suis un peu stressé, malgré les quelques sorties longues de la préparation après 30km c’est l’inconnu total. 

Je décide de partir prudemment à 4’15, on m’a suffisamment répété que la course commençait au deuxième semi. Je suis rigoureux sur les ravitaillements, je prends un verre d’eau tous les 5km sur les stands du parcours, et un gel toutes les 30 minutes. Passage au 10km en 42’17, les sensations sont bonnes. Parti un peu loin dans le sas, je reprends le meneur d’allure au quinzième, je décide de ne pas rester avec le gros groupe et de maintenir mon rythme. Passage au semi en 1h28’22, je suis en avance mais encore bien frais. Le parcours étant tracé en deux boucles, je sais exactement ce qui m’attend. Les premières douleurs arrivent au 28ème kilomètres, un point de côté apparait en m’alimentant. On m’a tellement parlé du mur des 30, j’ai peur qu’il soit un peu en avance et que les 14 derniers kilomètres soient compliqués. Finalement il finit par disparaître et je retrouve du poil de la bête au km32, je suis toujours dans la bonne allure, je commence à y croire. 

Un beau faux plat vent de face me casse les jambes au 38ème, je sens comme une décharge dans mon mollet gauche, la crampe n’est pas loin. Les quatre derniers kilomètres sont interminables, les jambes sont complètement raides, et j’ai l’impression que ma foulée est complètement déformée. Au bord des crampes dans les deux jambes, au km40 je doute encore de mes capacités à aller au bout. 

J’espérais pouvoir accélérer dans les 200 derniers mètres, et avoir une belle foulée pour la photo finish. Ça ne sera pas le cas, impossible d’accélérer, mais je vais enfin passer la ligne ! 

Verdict 2h57.  Mission réussie. 

J’ai l’impression d’être complètement cassé, j’ai trouvé cet effort bien plus traumatisant qu’un half. Je suis vraiment satisfait de ma gestion de course, avec une allure constante du début à la fin. 

Trop content d’être passé sous les 3h, je n’aurai pas à m’aligner sur un autre marathon prochainement pour valider ce palier ! 

Place maintenant à la récup ! ‘

T

C

N

Rédigé par :

Rodolphe D.

Rodolphe D.

Dans le monde triathlétique depuis 1990 - Licencié au TCN depuis 1994 - Entraîneur professionnel depuis 1999